Massacre

Depuis les annĂ©es 70, 58% des vertĂ©brĂ©s ont disparu. D’ici 2020, 70% d’entre eux auront Ă©tĂ© Ă©liminĂ©s. Responsables de cette extinction, l’Homme bien sĂ»r, par la culture intensive, les herbicides et les insecticides, la chasse et la pĂŞche, la pollution, la dĂ©forestation, l’urbanisme, le bĂ©tonnage… En rĂ©sumĂ©, l’expansion de la race humaine : 7,43 milliards en 2016, près de 10 milliards en 2050.
60 billions (60 Ă— 1012) d’insectes meurent dans un choc contre un vĂ©hicule chaque annĂ©e en France. En 2008, 19 797 sangliers, 17 817 chevreuils et 3 959 cerfs ont Ă©tĂ© percutĂ©s. Le hĂ©risson est menacĂ© de disparition aux abords de certains axes routiers. Le nombre des collisions avec des mammifères a Ă©tĂ© multipliĂ© par 6,3 en 20 ans. Ce phĂ©nomène est l’une des consĂ©quences de la fragmentation des habitats naturels par les rĂ©seaux routiers. C’est une des principales causes de disparition de certaines espèces. Par exemple, un couple d’Ă©cureuils vit sur un territoire de plusieurs hectares. Cette espèce paye un lourd tribut au dĂ©veloppement de la bagnole.
Il existe des solutions déjà appliquées dans divers pays européens : passages souterrains pour la faune, ralentisseurs sur les zones de migration des batraciens, vitesse réduite dans les zones forestières, passages aériens.
L’autoroute A837, surnommĂ©e « L’autoroute des Oiseaux », longe des zones humides, riches en avifaune, et de nombreux oiseaux y sont tuĂ©s. A quand « L’Autoroute des HĂ©rissons » ?

Sources :

— Diaporama —

#01massacre #01#02massacre #02#03massacre #03#04massacre #04#05massacre #05#06massacre #06#07massacre #07#08massacre #08#09massacre #09#10massacre #10#11massacre #11#12massacre #12#13massacre #13#14massacre #14#15massacre #15

— Diaporama —

7 rĂ©flexions au sujet de « Massacre »

  1. En effet le constat est alarmant et ton reportage le démontre bien. Il y a bientôt 20 ans que P. Géroudet me disait lorsque il y aura un homme au mètre carré, les oiseaux auront déjà disparu depuis bien longtemps.
    Un visionnaire notre cher Paul.

  2. Wouah !!! On est vraiment des sauvages !!! Et comment faire pour que ces images influent sur nos comportements ?

  3. Tout Ă  fait d’accord avec ton intitulĂ©. Mais un de ces jours, on fera peut-ĂŞtre aussi partie des espèces en voie de disparition, il faut très peu de chose finalement. En tout cas, très bonne collecte de tous ces cadavres d’animaux. Dommage que ta sĂ©rie n’aille pas au delĂ  de ton blog. Je suis pessimiste sur la prise de conscience de notre « espèce » quant Ă  la destruction de la faune, de la flore, etc… Partout ou l’homme a colonisĂ© un territoire, il a dĂ©truit la vie autre que la sienne… Aujourd’hui, il a colonisĂ© la terre entière… Tu comprends ou je veux en venir ;-(

  4. Egocentriques nous le sommes sans aucun doute, mettant mĂŞme dans les religions les autres espèces dans un rang infĂ©rieur, aujourd’hui il y a quand mĂŞme quelques prises de consciences, la vie c’est un tout, interessante ta dĂ©marche Jean-michel et bien argumentĂ©e.
    A bientĂ´t.

    Olivier

  5. Un choix sans concession et très fort. Au XX°s barbare et totalitaire, il s’agissait de prendre conscience de ce que l’homme fait Ă  l’homme, aujourd’hui, ce que l’homme continue Ă  faire Ă  l’homme, mais aussi Ă  l’animal, au vivant, Ă  l’environnement, Ă  l’air, Ă  l’eau, Ă  la pensĂ©e aussi….
    Magnifique et cruelle exposition qui ne peut nous renvoyer qu’Ă  notre propre barbarie.

    Carole

  6. Photos qui font réagir, réfléchir. Thème inédit. Réussite plastique totale. Bravo

  7. Merci Jean Michel
    Une autre façon de penser la photographie.
    Je crois que l’on est chacun de nous responsable.
    L’homme moderne malgrĂ© un QI grandissant est un prĂ©dateur sans Ă©gal pour tout ce qui touche et contribue Ă  la vie. Dans mon jardin il y a 10 ans, une ou deux grives venaient dĂ©guster des escargots dont elle cassaient la coquille sur une pierre. Malheureusement les voisins mettaient du poison pour les limaces dans leurs potager. Bilan, les grives se sont empoisonnĂ©es, mĂŞme chose pour des hĂ©rissons qui mangent beaucoup de limaces. RĂ©sultat le dĂ©sĂ©quilibre est lĂ  : de plus en plus de limaces. Merci Bayer.
    L’expansion de la population, certes mais surtout l’aviditĂ© de certains qui sous prĂ©texte qu’il faut nourrir cette population pratiquent la dĂ©forestation, la semence unique et l’interdiction de faire sa propre semence, polluent, bĂ©tonnent, etc… Le fric quoi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *